cimetieredeschimeres

L'été est souvent une période difficile pour moi................. une fois lu mes auteurs préférés, je n'ai rien à me mettre sous la dent et je dois aller à la pêche au hasard en librairie.

Et je suis tombée sur "Carrières noires" d'Elena Piacentini. J'ai hésité car la critique la comparait à Fred Vargas et je craignais de tomber sur un clone par forcément bon mais faute de grive................ vous connaissez la suite.

Il m'a bien fallu plusieurs pages pour entrer dans son écriture mais je n'ai pas été déçue. Elle a son style à elle et j'ai beaucoup aimé. Ok, on a les éternels personnages torturés........... mais je n'ai pas trouvé de note désespérée et désespérante chez ses héros bien attachants. Enfin des flics avec un vécu mais aussi un avenir.

Et pas question de lire cette histoire d'une pause à une autre........ il faut aller jusqu'au bout sans traîner.

Oui, il y a beaucoup de couleur sous toute cette noirceur......... et des surprises inattendues. Les méchants ne sont pas forcément ceux que l'on attend et être surprise dans un polar, cela vaut son pesant de cacahouète. J'en avais perdu l'habitude.

Donc......... j'ai attaqué  "le cimetière des chimères"........ je viens de le finir et je sais que le suivant est déjà sur ma table de chevet.

A travers les deux histoires, le nord et les magouilles politiques. L'amour du Nord et une certaine tendresse pour les sans-grades et les gentils paumés, les victimes de la vie et des autres. Au milieu, Léoni, le flic Corse. Il pourrait être une caricature, il est juste indescriptible. Le flic que l'on attend, avec des défauts et des qualités, et une notion de la justice bien particulière. Pas un surhomme ni un anti-héros. Un fantassin de la justice avec une équipe soudée.

Les morts s'accumulent dans ces histoires très modernes, entre fraude à la taxe carbone et compromission politique.

Bon, vous avez deviné, j'ai beaucoup aimé.