C'est toujours avec plaisir que je commence un livre de Paul Doherty et là, c'est le retour des aventures du frère Athelstan et de Sir John Cranston.

L'époque est terrible et ne pardonne pas l'erreur, encore moins le meurtre. Lady Isolda Beaumont en paye le prix. Elle est condamnée pour l'assassinat de son mari, à être brûlée vive sans merci ni possibilité de voir ses souffrances abrégées par le bourreau.

1540-1

Mais était-elle coupable ? Quelqu'un semble en douter puisque les magistrats ayant instruit son procès meurent les uns après les autres, brûlés vif par un mystérieux feu grégeois.

Qui est capable d'en fabriquer ? Qui a en sa possession le livre qui permet d'en fabriquer ? Le régent le veut, les grecs le veulent, les membres de la grande révolte le veulent aussi.

Athelstan et Cranston vont devoir faire attention car ils vont devenir eux aussi, la cible du tueur.

Dans le même temps, la paroisse de Saint Erconwald est secouée par un miracle : les reliques du saint ont guéri quelqu'un. Vrai ? Faux ?

Et l'on se plonge dans le Londres de 1381 avec les descriptions tellement réalistes de l'auteur que l'on croit voir, entendre et sentir comme si on y était.

Je n'ai pas été déçue............ comme toujours avec Paul Doherty.