yERULDELGGERJ'étais à court de polar à lire........... mes auteurs préférés ne sortent rien en ce moment en France alors j'ai farfouillé sur les rayons librairie et trouvé ça : Yeruldelgger.

De prime abord, pas trop intéressée........ la Mongolie, connaît pas. Pour les polars asiatiques, je suis restée sur Peter May et Robert Van Gulik que j'ai adoré, alors............ et je n'accroche pas au style des écrivains français. J'avoue un gros penchant pour les anglo-saxons et les nordiques donc.... faute de grive.......... je me suis fait un merle.

Mais quel merle !!!! aucun mal à renter dans l'histoire, le style d'écriture simple, directe avec suffisamment de descriptions mais pas trop m'a fait entrer de plein pied dans l'histoire.

Je n'ai même pas eu de mal avec les noms mongols !!! alors qu'il me faut parfois plusieurs chapitre pour situer et reconnaître les personnages suédois à cause des noms, là, c'était ..... naturel.

Une histoire prenante, avec de multiples rebondissements et un lien quasi constant avec "l'esprit" de la Mongolie, son passé spirituel et ses coutumes. Histoire à la fois ancestrale, historique et moderne..... et sordide et crue dans bien des aspects.

En flic intègre qui ne s'embarasse pas de fioritures, Yeruldelgger est à la fois un anti-héros et un héros, fort et indestructible d'un côté, fragile et cassé de l'autre. Une dualité qui convient à ce personnage que je n'ai aucun mal à imaginer physiquement. Un mélange de Jean Reno, Lino Ventura et Jean Gabin. Pas de la première jeunesse mais toujours costaud, avec une force à la fois extérieure et intérieure.

Et un peu de magie aussi............... de magie asiatique bien sur.

Verdict ? j'ai beaucoup aimé.......... je vais donc lire le suivant.